L’être humain est un bien singulier personnage qui s’échauffe la tête à vouloir la refroidir. En effet, aspirant à la paix de l’âme, et la poursuivant à l’extérieur de lui, il se crée plus de problèmes que s’il ne faisait rien. Telle est d’ailleurs la solution. Après avoir « tout essayé », désabusé dans sa quête d’éphémère, il se ramasse sur lui-même, fait le point et repart pour de nouvelles aventures! Ce temps d’arrêt cependant est le seul moyen de se reconnecter à la source de sa sagesse intérieure. Personne ne peut le faire pour lui. Souhaitons qu’il s’épuise le plus vite possible à chercher ailleurs, afin de revenir à lui et de s’installer dans cet état permanent de récupération au contact de ses forces vives.

L’animal sauvage dans son habitat naturel sait instinctivement organiser son existence. Les règles lui sont dictées et il n’a qu’à les suivre. Il sait quoi manger pour se nourrir et quel régime suivre pour se purger.  Il vit en famille dominée par un matriarcat fortement établi, visible chez les grands mammifères (les éléphants), les grands félins (les lionnes), et les grands primates (chimpanzés, bonobos…) pour ne citer que ceux-là. La loi du plus fort domine, tout particulièrement en ce qui concerne la survie de l’espèce.

L’humain partage avec l’animal sauvage le même mécanisme de défense et nous notons des similitudes de comportement, quand face au danger, il prend les jambes à son cou, fige sur place ou mobilise son adrénaline pour le combat.

Mais L’homme est un dieu en devenir. Il se montre capable de désamorcer une situation qui autrement pourrait tourner au pugilat. Doté de la raison, il sait dans le tréfonds de son être reconnaître ce qui est juste et vrai. Il a des valeurs. L’animal ne discute pas. Il réagit instantanément. Pour sa part, l’homme négocie avec dieu. Il veut des garanties face aux évènements qui le harcèlent. Quand elles ne viennent pas, il se désespère, décide au lieu de s’interroger. En revanche, quand il écoute sa voix intérieure en faisant taire la voix de son égo, il devient merveilleusement humain. Tel est le travail.

Tout cela est reflété dans les lignes des mains.

Pour faire simple, considérons les 3 lignes principales (dites inconscientes) comme les marqueurs de l’instinct de base de la personnalité humaine. La configuration de la ligne de vie, de la ligne de coeur et de la ligne de tête nous maintient dans la survie d’attitudes passées qui demandent à être humanisées.

Passer de la survie à la vie voilà le défi.

Rappelons que la main passive indique notre karma et notre hérédité. La main active reflète ce que nous faisons de ce que nous avons reçu.

Les signes modificateurs sur ces 3 lignes, tels un point, un trou, une croix, une interruption de ligne, comme un signal d’alarme, nous réveillent brutalement à notre nature humaine.

Le temps de la Pâque nous a invité à sortir de nos enfermements intérieurs, faits de concepts erronés.

En bref, nous sommes 100% responsables de nos réactions face aux autres. Elles nous appartiennent car nous jugeons selon de nos critères de base. A nous donc de les épurer.

La lecture des mains nous offre ce guide de libération intérieur pour rapatrier notre âme et reprendre les reines de notre pouvoir personnel.  Joyeuse résurrection.

2 Commentaires
  1. carole D'Auteuil 7 mois Il y a

    Très beau texte qui nous porte a s’interroger et à réfléchir

    • Auteur
      Jean-Jacques Guyot 7 mois Il y a

      Merci Carole d’Auteuil. En effet, notre incarnation d’être humain est d’honorer le créateur et l’amour qu’il a mis dans SA création.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2019 Jean-Jacques Guyot | Création du site : ChampionWeb.ca

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?