«Les feuilles mortes se ramassent à la pelle, les souvenirs et les regrets aussi.» dit la chanson.

La lune est entrée dans le signe du Scorpion le 23 Octobre dernier. Elle y restera jusqu’au 22 Novembre, date à laquelle elle entrera dans le signe du Sagittaire.

Une fois encore, en cette période de l’été indien, la nature québécoise a peint un tableau impressionniste de ses grandes étendues moutonnant de couleurs à l’infini.

Et puis le thermomètre a baissé. La pluie a délavé les couleurs et sous l’action du vent les feuilles se sont envolées laissant les arbres à nu.

L’Halloween a sorti ses squelettes des placards et le 1er novembre célèbre la Toussaint.

Nous voilà entré dans le mois des morts.

Les feuilles se décomposent et forment l’humus nécessaire à la régénération de la nature au printemps suivant. Tout est ordonné dans l’univers.

Sur le plan personnel nous ne pouvons pas retenir ce qui inexorablement est voué à disparaître.

Il nous faut apprendre à mourir au passé pour accueillir le présent sous peine de survivre dans ses souvenirs, généralement douloureux. Ça demande du lâcher-prise et dieu sait si les idées toute faites sont difficiles à déloger. «Le passé est le passé» dit-on justement et les regrets ne sont en fait que les résidus des expériences nécessaires dont inévitablement nous avons à payer le prix pour évoluer.

Et pour éviter de bâtir des résistances au quotidien, il serait bon de cesser de catastropher, tout en évitant les combats de coqs et les séances de blâmes pour maintenir sa position quand une nouvelle idée vient inquiéter notre zone confort. Il se peut que dans cet entêtement l’on se ferme comme une huître.

Il est donc souhaité de lâcher le contrôle et de tirer parti des confrontations qui nous animent. Ainsi nous pourrions trouver un ou une alliée en ceux et celles que l’on s’acharne à réduire au silence!

La planète Mars régit le signe du Scorpion et ça demande de la maîtrise sur soi pour éviter les conflits et gagner une âme sœur.

A défaut d’être des aigles, faisons comme le Phénix, cet oiseau de feu légendaire qui se reproduit lui-même, se consume et renaît de ses cendres.

Bonne renaissance!

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2018 Jean-Jacques Guyot | Création du site : ChampionWeb.ca

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?